Crime à la Société d'Emulation : Un crime presque parfait...

Crime à la Société d’Émulation
Sorbier, le 4 octobre 2012,
 
Crime à la société d’Émulation
Auteurs : Armelle Guégant et Daniel Daix
Ed.: de l’Écluse ( 2009 ) , 212 pages, 16 €

"Nul n'ignore à Montargis le décès de William Husley, professeur d'anglais au lycée en forêt et vice-président de la S.E.M., trouvé mort lundi matin à la bibliothèque Durzy dans des circonstances encore inexpliquées, nous nous contenterons donc de récapituler pour nos lecteurs les principaux éléments révélés par l’enquête." Journal L’Éclaireur

C'est la base de l'intrigue de ce roman policier. Un polar, qui, à mon sens et si j'ai bien compris, a été construit autour de trois personnages principaux, Huguette une amie d'enfance du narrateur. Guy, le narrateur qui est aussi enquêteur et bien évidemment la victime, William Husley. D'autres acteurs se signaleront du début du roman jusqu'au dénouement de l'intrigue Dédé le Tatoué, ex taulard. Marco un flic du Sud de la France, toujours prêt à rendre service à Guy pour autant que celui-ci ne soit pas trop pressé. Virginie la secrétaire de la bibliothèque, bien éduquée, très professionnelle et qui porte bien son prénom. Mademoiselle Lenoir Directrice, un peu austère, amante du défunt. Le chien Clovis qui coûte des thunes à son propriétaire, et quelques copains de bistrot.

Les lieux et les objets ont aussi leur importance : le Solex de Guy, le comptoir du bistrot, haut-lieu s'il en est car c'est ici que Guy récoltera des confidences et demandera conseil,  la bibliothèque, l'église de Montargis, lieu  de concert, endroit où le " beau monde " de Montargis se rencontre et discute, la brocante ou le magasin d'antiquité, le cimetière des Lètes, ( les Lètes sont les membres de certaines tribus épargnés par l'armée romaine après leur défaite ). La forêt, les rivières, le hameau de Mocquepoix, et... le village de Cortrat (45700), devenu depuis la parution de ce roman un village très visité.

Rassurez-vous j'en ai fini avec la présentation des personnages et des décors, et je serai plus court avec la synopsis, bien que ...
  
Le Professeur William Husley est trouvé mort dans la bibliothèque Durzy. S'il s'agit d'un meurtre, il est inexplicable. C'est un meurtre en "chambre close", c'est-à-dire que le meurtrier n'a pas pu entrer où s'est déroulé le crime... ce qui rend logiquement la thèse du meurtre improbable ( les auteurs font d'ailleurs allusion à John Dikson Carr, un maître du roman policier en "chambre close".) Cette mort énigmatique est confiée à la police de Montargis mais elle n'arrive pas à résoudre l'affaire qui est mise au oubliette. Seul Guy, un gars un peu rock 'n' roll, chaussé de santiags et portant un feutre,  va enquêter sérieusement.

Souvent fauché, vivant de petits boulots,  Guy est un gars très intelligent et intuitif. Il enquêtera en interrogeant des personnes, suivra des pistes inexplorées, s’immisçant dans la haute société de Montargis, il  rencontrera le Président de la Société d’Émulation et il apprendra que le professeur n'a pas que des amis, pire qu'il a des ennemis à la S.E.M... Parmi, ses ennemis, y a-t-il le meurtrier ? 

Au fur et à mesure que son enquête avance il reçoit des lettres de menace. L'auteur de ses lettres est-il le meurtrier ? C'est une possibilité. Guy sera amené avec Huguette à rencontrer un personnage étrange, Régis Mourin, un ufologue paranoïaque persuadé que Husley travaille pour la C.I.A. afin de renseigner l'agence sur les Petits gris ( extraterrestres ). Obnubilé par les E.Ts,  Mourin est persuadé qu'ils existent et qu'ils perturbent sa vie... et que peut-être que  Husley en est la cause. Lors d'une première visite chez l’excentrique personnage, Guy remarque une anomalie dans le mur de l'atelier, que cache-t-elle ?

L'enquête de Guy avance, elle devient de plus en plus complexe mais les pièces du puzzle commencent à se mettre en place, le voile sur cette affaire tombe lentement. Guy est-il sur la bonne voie ? Les événements, les témoignages, les faisceaux d'indices et son sens de la déduction l’amèneront à résoudre l'énigme ... Élégant comme Céladon, il ne dénoncera pas la personne, elle se livrera elle-même à la police.


Les auteurs : Armelle Guénand et Daniel Daix
Certes, cette présentation du roman est un peu courte. Mais ce roman policier mérite d'être lu car il est très bien écrit sans être pédant, les auteurs font preuve d'humour à bon escient, de plus ils maîtrisent l'art du suspens et les difficultés du roman fantastique.  Par exemple, cette scène dans le brouillard où Guy découvre dans une tombe quelque chose de répugnant qui  provoquera en lui une immense frayeur. La narration de cette scène est digne des plus grands auteurs de fantastique comme Claude Seignolle ou Jean Ray. Le fantôme de Harry Dickson rode d'ailleurs dans ce roman mais rode-t-il seulement